Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2013

Audi ou la quête méthodique de la voiture parfaite

audi, voiture, allemandeConsidérée comme ringarde il y a trente ans, la marque aux anneaux est devenue aussi désirable que Mercedes et BMW. Le résultat d’une poursuite incessante de l’excellence.

Après sept semaines d’attente, les époux Huber ont passé une journée «fantastique» et «géniale» : visite des chaî­nes de montage, déjeuner, séance photo personnalisée à côté de leur nouveau bijou, une A5 Sport­back bleu métallisé à 40.000 euros. Pour s’asseoir derrière le volant, ils ont sagement attendu leur tour. Cha­que jour, 160 clients sont ainsi conviés à l’Audi Forum de Neckarsulm, près de Stuttgart. Tout est prévu : les enfants ont leur espace jeu, les chiens disposent de leur aire d’accueil, et les grands patientent en rêvant dans le show­room, entre une R8 Spyder à 184.000 euros et une A8 L à 213.000 euros, avant d’acheter un porte-clés à la boutique des produits dérivés…

Lire la suite sur Capital.fr

18/08/2013

Lothar Bisky est décédé ...

Cofondateur du Parti du socialisme démocratique d’Allemagne puis de Die Linke, l’ancien recteur de l’université du cinéma en RDA est entré dans le combat politique lors de la chute du mur de Berlin. Une figure de la gauche européenne.

lothar bisky, die linke, humanité, université cinéma potsdamLothar Bisky, qui est décédé mardi à Leipzig, avait vu, à l’automne 1989, sa vie prendre un cours inattendu. Recteur de l’université du cinéma à Potsdam, il n’avait pas prévu son entrée dans les tumultes du combat politique au moment où la République démocratique allemande vivait ses derniers moments. Mais Lothar Bisky, qui n’occupait aucune fonction politique dans l’appareil du parti au pouvoir, le SED (Parti socialiste unifié) ou aucun mandat d’élu, ne confondait pas l’idéal socialiste et communiste qui l’animait avec l’autoritarisme d’un système qui s’effondrait faute d’avoir su se réformer. Au moment de la chute du mur de Berlin, des personnalités, des militants entreprirent de transformer le SED, l’ancien parti d’État, en une formation de gauche démocratique de transformation sociale.

Lire la suite dans l'Humanité du 16 août 2013