IHM Pau

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2018

Film, livre et débat | Les Nettoyeurs du Web

Block Riesewieck The Cleaners.jpgFilm, livre et débat |

Moritz Riesewieck et Hans Block | Les Nettoyeurs du Web

"Supprimer. Ignorer. Supprimer. Supprimer. Ignorer." Cette litanie qui rythme les Nettoyeurs du Web, premier documentaire des Allemands Hans Block et Moritz Riesewieck, c'est le quotidien des "petites mains" chargées d'inspecter les contenus signalés par les utilisateurs sur les réseaux sociaux.

"J'examine 25 000 images pour jour, assez pour entrer dans le Guiness", explique un jeune homme, employé depuis six ans d'une de ces sociétés payées par les mastodontes de la Silicon Valley pour supprimer les textes, images ou vidéos contraires aux fameux "standards de la communauté".
Quatre ans après la longue enquête du magazine américain Wired, qui levait le voile sur cette sous-traitance dont les commanditaires se vantent d'autant moins qu'elle concerne souvent les pays du Sud, Block et Riesewieck se sont rendu à Manille, aux Philippines, pour y recontrer une poignée de modérateurs. Tous témoignent de manière anonyme - ils sont "tenus au secret" - et ceux et celles qui apparaissent à visage découvert avaient démissionné avant la première diffusion du film, en janvier dernier.
Rencontre avec Moritz Riesewieck qui vient de consacrer à Facebook un livre et un film présenté cette année au Sundance festival.

Débat animé par Jean-Marc Terrasse, avec traduction consécutive vers le français.

En partenariat avec la Médiathèque André Labarrère

_____________________________________________________________________________

Mercredi 14 novembre | 18h 

Médiathèque André Labarrère | Pau
entrée libre

05/05/2018

Semaine de l'Europe | Europawoche

Dans le cadre de "Nos amis européens / our European friends"
en partenariat avec le Cinéma Le Méliès

 

2008057.jpgTrois jours à Quiberon

de Emily Atef | Allemagne / 2018 |1h56 / vostf / avec Marie Bäumer, Birgit | Minichmayr, Robert Gwisdek

1981. Pour une interview exceptionnelle et inédite sur l'ensemble de sa carrière, Romy Schneider accepte de passer quelques jours avec le photographe Robert Lebeck et le journaliste Michael Jürgs, du magazine allemand "Stern" pendant sa cure à Quiberon. Cette rencontre va se révéler éprouvante pour la comédienne qui se livre sur ses souffrances de mère et d'actrice, mais trouve aussi dans sa relation affectueuse avec Lebeck une forme d'espoir et d'apaisement.

"Trois jours à Quiberon" a remporté le Deutscher Filmpreis 2018, la récompense de cinéma allemande décernée par la Deutsche Filmakademie, notamment pour la meilleure actrice, le meilleur scénario, le meilleur film, la meilleure musique...

__________________________________________________________________________________

mercredi 9 mai
19h | pot d'ouverture
20h | film
cinéma Le Méliès | Pau

 

 

5739516.jpgTransit

de Christian Petzold | Allemagne - France | 2018 | 1h41 | vostf | avec Franz Rogowski, Paula Beer, Godehard Giese

De nos jours, à Marseille, des réfugiés fuyant les forces d’occupation fascistes rêvent d’embarquer pour l’Amérique. Parmi eux, l’Allemand Georg prend l’identité de l’écrivain Weidel, qui s’est suicidé pour échapper à ses persécuteurs. Il profite de son visa pour tenter de rejoindre le Mexique. Tout change lorsque Georg tombe amoureux de la mystérieuse Marie, en quête désespérée de l’homme qu’elle aime, et sans lequel elle ne partira pas…  Le réalisateur de BARBARA continue d'explorer les personnages troubles dans ce mélodrame avec notre sombre actualité européenne comme décor.


Une adaptation libre et puissante du roman d'Anna Seghers dans des atours d'aujourd'hui.

____________________________________________________________________________________

samedi 12 mai 
18h15 | film
cinéma Le Méliès | Pau

05/04/2018

Christian Petzold: „Heimat fordern die, die andere nicht reinlassen“

petzold.jpg

Christian Petzolds Film „Transit“ erzählt von Menschen auf der Flucht, immer auf der Suche nach den richtigen Papieren, Stempeln, nach einer Unterkunft. Der Film spielt gestern und heute – und verblüfft durch diese ungewöhnliche Herangehensweise an eine Romanverfilmung.

 

Der oft so kühle Regisseur der Berliner Schule zeigt Verunsicherung, lässt hier aber auch Wärme zu. Anna Seghers schrieb das Buch unter dem Eindruck der eigenen Verfolgung durch die Nazis auf dem Weg nach Mexiko. Sie wartete in Marseille auf die Weiterreise, so wie ihre Figuren. Dieser Roman, 1947 erstmals auf Deutsch gedruckt – in der Berliner Zeitung –, begründete ihren Rang in der Weltliteratur. Jetzt kommt der Film in die Kinos. Zeit also, mit dem Regisseur zu sprechen.

 

Herr Petzold, in Ihrem Film „Transit“ hat Franz Rogowski, der junge Schauspieler, der gegenwärtig durchweg gelobt wird, die Hauptrolle. Sie arbeiten sonst eher mit weiblichen Helden, mussten Sie sich umstellen?

 

Nein, ich arbeite genauso. In „Wolfsburg“ damals hatte ich ja auch eine männliche Figur. Im Grunde bin ich immer an der Menschwerdung der Figuren interessiert. Benno Fürmann ist in „Wolfsburg“ einfach nur ein Autohändler, der sich der unterlassenen Hilfeleistung schuldig macht. Er muss erst das Leben lernen. Die Figur des Georg, gespielt von Franz Rogowski, kann man eigentlich in dieser Tradition sehen. Auch bei Anna Seghers. Es ist ja ein Entwicklungsroman. Nur dadurch, dass dieser Georg auf der Flucht ist, ist er auch in Bewegung, aber nicht aus sich selbst heraus. Erst in dieser falschen Identität lernt er, was Identität bedeutet. [...]

 

Weiterlesen | Berliner Zeitung
Mehr zum Thema | zeit online, zeit online und perlentaucher

21:47 Publié dans F - Cinéma | Tags : christian petzold | Lien permanent