Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2017

Barbara Thalheim feiert ihren 70. Geburtstag auf der Bühne

Paris, meine Liebe5bb3de3c-b820-44e9-9570-62af9ade5b9b.jpeg

Porträt Barbara Thalheim feiert ihren 70. Geburtstag auf der Bühne. Sie spricht über 47 Jahre als Sängerin, ihre Vergangenheit in der
DDR und ihre tiefe Zuneigung zu Frankreich
 
In voll jährig, dem dreistündigen Geburtstagsprogramm, überlässt sie den „Lebensmitteln“ immer wieder die Bühne: Kabarettist Martin Buchholz, der davon erzählt, wie er sich auf einem Kreuzfahrtschiff Feinde gemacht hat. Geiger Mark Chaet, den Thalheim betreute, als er gerade aus der Ukraine in die DDR gekommen war. Dazwischen singt sie, die darauf besteht, keine Sängerin, sondern eine rhythmische Ruferin zu sein. Begleitet von ihrem Trio, Gitarre, Bass und Schlagzeug. Am Ende des Abends holt sie die Chanson-Sängerin und Akkordeonistin Michèle Bernard aus Lyon auf die Bühne. Die Liebe zu Frankreich, die erst Hass war, zieht sich wie ein roter Faden durch Thalheims Leben.
 
Weiterlesen | Der Freitag

14/10/2014

Concert franco-allemand à Nuremberg avec Michèle Bernard et Barbara Thalheim, "Guerre et Paix"

A l'occasion du Bardentreffen de Nuremberg (le plus grand festival en plein air d'Allemagne), Barbara Thalheim et Michèle Bernard ont abordé l'histoire franco-allemande d'une manière très personnelle. Les deux chanteuses qui sont liées par beaucoup d'affinités ont élaboré spécialement pour ce „Bardentreffen“  un programme qui établie une passerelle entre le privé et la politique, entre le passé et le présent. Michèle Bernard est une chanteuse de vieille école, Barbara Thalheim préfère se dénommer « crieuse rythmique ». Elles sont accompagnées par un groupe fameux de jazz-rock sous la direction du guitariste Rüdiger Karuso Krause. (Nürnberger Nachrichten, 04/08/2014)

Verlassen werd ich diese Welt ... / Je veux quitter ce monde ...
Der kleine Mann ist der wahre Schuldige / Le lampiste est le vrai coupable

Leur programme, cogité spécialement pour cette rencontre musicale à Nuremberg, était un enrichissement. En temps de guerres et de paix entre pays et races le „Je t'aime“ soufflé profondément par Barbara Thalheim nous aidera peut-être. Un signal comme une bouteille à la mer, mais souvent exemplaire. Osons dire qu'il pourrait être le thème du prochain Bardentreffen en 2015. Qui sait … (Nürnberger Zeitung, 04/08/2014)

24/10/2013

Récapitulatif "Hommage à Erich Fried"

September 2013 - Erich Fried in Südfrankreich.jpg


Le vendredi 27 septembre dernier, cette soirée a réuni, à la Médiathèque André Labarrère à Pau (soirée doublée le lendemain à Orion), un public intéressé venu découvrir ce poète de langue allemande mort en 1988. D'origine juive, l'Autrichien Erich Fried quitte Vienne en 1938 et se réfugie à Londres, qui deviendra sa seconde patrie. Engagé pour de multiples causes politiques, il y poursuit une intense activité militante et littéraire, qui a suscité un vif intérêt de la part du public palois.

La soirée a commencé par la projection de l'excellent film documentaire  « Que le monde reste monde – Erich Fried, un portrait » de Roland Steiner (RDA 1988, "Die ganze Welt soll bleiben"), qui a été sous-titré tout spécialement pour l'occasion (traduction: Danielle Laurin, technique: Charles Tocanier).

Elle s'est poursuivie par les prestations de trois intervenants de choix:

Volker Kaukoreit, directeur adjoint des Archives littéraires de la Bibliothèque nationale autrichienne, membre fondateur de la Fondation Internationale Erich Fried (Vienne), grand connaisseur et ami du poète, nous a livré de nombreuses informations et souvenirs personnels – et il a fait au public palois l'amitié de s'exprimer en français. Chantal Tanet, traductrice de Fried, a lu un choix de poèmes, en langue française, et Barbara Thalheim, chanteuse-compositrice est-allemande tombée sous le charme du poète, a chanté, avec l'intensité qui lui est propre, du Fried dans une interprétation très personnelle, s'inspirant de la chanson engagée berlinoise.

L'Institut Heinrich Mann et Rencontre d'Orion ont vu l'énorme investissement en temps et moyens matériels qu'a nécessité la réalisation de la manifestation justement récompensé. Le public s'est montré ravi de la découverte de ce poète largement méconnu en France, et la qualité des prestations a été unanimement saluée.

Chantal Tanet a puisé dans l'accueil que le public a réservé à sa lecture nuancée et touchante une nouvelle motivation à poursuivre son oeuvre de traduction et de publication consacrée au poète.
Seul regret : le public aurait souhaité écouter plus de chansons du répertoire de Barbara Thalheim, qui a créé un spectacle d'hommage à Erich Fried et réalisé 25 CD, dont un en langue française (« Fière de ma grande gueule », coup de cœur) et et un autre consacré aux adaptations allemandes de chansons françaises (« Herzverloren »).

La soirée paloise a réussi à créer, autour de l'héritage poétique et intellectuel d'Erich Fried, une belle synergie qui, nous l'espérons, saura inspirer de nouvelles initiatives, pour le plus grand bonheur du public français.

M.C.

Détails de la soirée