Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2008

Septième ciel - rencontre avec l'actrice Ursula Werner et le producteur Peter Rommel

septiemeciel.jpg

Dans le cadre des Rencontres avec l'Allemagne d'aujourd'hui, l'Institut Heinrich Mann vous propose en partenariat avec le cinéma Méliès de Pau le film d'Andreas Dresen "Septième ciel" (Wolke 9) suivi d'une rencontre avec l'actrice principale Ursula WERNER et le producteur Peter ROMMEL.

28 novembre 2008 - 20h45 - Cinema Méliès, Pau
(à 19h30 vernissage de l'exposition de peintures de Werner EISLER, Berlin) 

Septième ciel : Au fond, le cinéaste filme une bluette qui vire au tragique. Il est dans la fiction, certes réaliste, mais il désire nous raconter une histoire. Celle de deux êtres qui se trouvent et dépassent leurs solitudes très différentes. Inge se sent seule au milieu de son histoire avec Werner. Elle se sent oubliée, confrontée à des habitudes qui d’emblée ne semblent guère lui convenir. Elle offre ses services de couture aux membres de la résidence de retraités où elle vit avec Karl. Elle suit des cours de chant pour continuer à faire partie de la communauté. Au fond, Inge est en vie et elle refuse d’attendre l’inéluctable. La profonde tragédie de son personnage est d’appartenir à l’homme avec qui depuis longtemps elle partage sa vie. Elle répète les mots qu’il dit. Elle forme avec Werner un corps qui se croit inséparable passé un grand âge de la vie. La beauté de sa liaison avec Karl vient qu’elle réalise qu’elle peut encore éprouver des sentiments et surtout s’appartenir à elle-même. Il y a une dimension politique au bonheur puis au calvaire morale éprouvé par Inge.

Autres films allemands à l'affiche :

CHERRY BLOSSOMS, LE RÊVE JAPONAIS (Kirschblüten, Doris Dörrie)

TRIP TO ASIA : EN QUÊTE D’HARMONIE (Thomas Grube)

LA BANDE A BAADER (Baader-Meinhof-Komplex, Uli Edel)

LES LARMES DE PETRA VAN KANT (Die Tränen der P. v. Kant, R.W.Fassbinder)

L’ŒUF DU SERPENT (Ingmar Bergman)