Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2015

Résidences croisées d'écriture

20 ans d'échanges avec le Land de Hesse

Entretien avec Harry Oberländer,
Directeur du Hessisches Literaturforum

Propos recueillis par Catherine Lefort, traduits de l'allemand par Alexia Valembois

Depuis plus de vingt ans, Écla Aquitaine tisse des relations étroites avec le Land de Hesse en Allemagne qui se traduisent par des résidences croisées d’écriture : des écrivains allemands séjournent en Aquitaine à la résidence de la Prévôté, des auteurs aquitains sont accueillis à la Villa Clementine à Wiesbaden. Dialogue avec Harry Oberländer sur les enjeux de ces échanges internationaux autour de la littérature.

Catherine Lefort - Vous avec été un des premiers écrivains en résidence à Bordeaux dans le cadre des échanges et coopérations entre l'Aquitaine et le Land de Hesse. Vous êtes aujourd'hui directeur du Hessisches Literaturforum à Francfort.

Harry Oberländer - Je garde un très bon souvenir de mon séjour en résidence à Bordeaux. C'était en octobre et novembre 1988. Nous étions partis en voiture avec mon amie de l'époque et nous avions traversé la France en passant par Mulhouse en Alsace, Dijon, puis à travers le Massif central, cela nous avait pris trois ou quatre jours avant d'arriver, via la Dordogne, le 1er novembre à Bordeaux après avoir franchi le pont de pierre. Un bien beau voyage, conscients comme nous l'étions que Friedrich Hölderlin avant nous, durant l'hiver 1801, l'avait lui-même effectué, à pied pour l'essentiel, pour aller prendre ses fonctions de précepteur auprès du consul Meyer dans sa demeure des allées de Tourny. A Bordeaux, quant à moi, j'ai résidé dans la belle maison de la rue de la Prévôté et je n'ai pas eu à être précepteur, j'avais au contraire tout un mois devant moi pour travailler en paix avant d'être amené à découvrir bien d'autres lieux en Aquitaine à l'occasion de visites scolaires et autres rendez-vous....

Lire la suite sur 20 ans d'échanges avec le Land de Hesse (page 20).
Paru dans Éclairs - La revue numérique d'Écla.

 

14/10/2014

Concert franco-allemand à Nuremberg avec Michèle Bernard et Barbara Thalheim, "Guerre et Paix"

A l'occasion du Bardentreffen de Nuremberg (le plus grand festival en plein air d'Allemagne), Barbara Thalheim et Michèle Bernard ont abordé l'histoire franco-allemande d'une manière très personnelle. Les deux chanteuses qui sont liées par beaucoup d'affinités ont élaboré spécialement pour ce „Bardentreffen“  un programme qui établie une passerelle entre le privé et la politique, entre le passé et le présent. Michèle Bernard est une chanteuse de vieille école, Barbara Thalheim préfère se dénommer « crieuse rythmique ». Elles sont accompagnées par un groupe fameux de jazz-rock sous la direction du guitariste Rüdiger Karuso Krause. (Nürnberger Nachrichten, 04/08/2014)

Verlassen werd ich diese Welt ... / Je veux quitter ce monde ...
Der kleine Mann ist der wahre Schuldige / Le lampiste est le vrai coupable

Leur programme, cogité spécialement pour cette rencontre musicale à Nuremberg, était un enrichissement. En temps de guerres et de paix entre pays et races le „Je t'aime“ soufflé profondément par Barbara Thalheim nous aidera peut-être. Un signal comme une bouteille à la mer, mais souvent exemplaire. Osons dire qu'il pourrait être le thème du prochain Bardentreffen en 2015. Qui sait … (Nürnberger Zeitung, 04/08/2014)

04/06/2014

"So viel Himmel über Berlin ist einfach unfassbar"

Regisseur Wim Wenders über Volksentscheide, seltsame Konzerte in der Philharmonie und die schlaflose Nacht, die ihm die Ergebnisse der Europawahl bereitet haben.

Von Hanns-Georg Rodek

Wim_wenders.jpg

[...] "Die Franzosen sind irrsinnig verunsichert", und das seit Jahren, meint in der Welt Wim Wenders im Interview mit Hanns-Georg Rodek. Jetzt verlieren sogar die Deutschen das Interesse an ihnen. "Irgendwie muss ein Zeichen her, und vielleicht ist es am ehesten die Kultur, die das kann. Die Franzosen werden auf die 'exception culturelle' nicht verzichten, sie ist französisches Glaubensbekenntnis schlechthin. 'Liberté, egalité und fraternité' haben sich gewissermaßen in die 'exception' geflüchtet, als letzter Rest der Französischen Revolution. Es wäre ein großes Signal, wenn Deutschland sich bedingungslos dahinter stellen würde.  

Weiterlesen welt_logo.jpg