Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2013

Récapitulatif "Hommage à Erich Fried"

September 2013 - Erich Fried in Südfrankreich.jpg


Le vendredi 27 septembre dernier, cette soirée a réuni, à la Médiathèque André Labarrère à Pau (soirée doublée le lendemain à Orion), un public intéressé venu découvrir ce poète de langue allemande mort en 1988. D'origine juive, l'Autrichien Erich Fried quitte Vienne en 1938 et se réfugie à Londres, qui deviendra sa seconde patrie. Engagé pour de multiples causes politiques, il y poursuit une intense activité militante et littéraire, qui a suscité un vif intérêt de la part du public palois.

La soirée a commencé par la projection de l'excellent film documentaire  « Que le monde reste monde – Erich Fried, un portrait » de Roland Steiner (RDA 1988, "Die ganze Welt soll bleiben"), qui a été sous-titré tout spécialement pour l'occasion (traduction: Danielle Laurin, technique: Charles Tocanier).

Elle s'est poursuivie par les prestations de trois intervenants de choix:

Volker Kaukoreit, directeur adjoint des Archives littéraires de la Bibliothèque nationale autrichienne, membre fondateur de la Fondation Internationale Erich Fried (Vienne), grand connaisseur et ami du poète, nous a livré de nombreuses informations et souvenirs personnels – et il a fait au public palois l'amitié de s'exprimer en français. Chantal Tanet, traductrice de Fried, a lu un choix de poèmes, en langue française, et Barbara Thalheim, chanteuse-compositrice est-allemande tombée sous le charme du poète, a chanté, avec l'intensité qui lui est propre, du Fried dans une interprétation très personnelle, s'inspirant de la chanson engagée berlinoise.

L'Institut Heinrich Mann et Rencontre d'Orion ont vu l'énorme investissement en temps et moyens matériels qu'a nécessité la réalisation de la manifestation justement récompensé. Le public s'est montré ravi de la découverte de ce poète largement méconnu en France, et la qualité des prestations a été unanimement saluée.

Chantal Tanet a puisé dans l'accueil que le public a réservé à sa lecture nuancée et touchante une nouvelle motivation à poursuivre son oeuvre de traduction et de publication consacrée au poète.
Seul regret : le public aurait souhaité écouter plus de chansons du répertoire de Barbara Thalheim, qui a créé un spectacle d'hommage à Erich Fried et réalisé 25 CD, dont un en langue française (« Fière de ma grande gueule », coup de cœur) et et un autre consacré aux adaptations allemandes de chansons françaises (« Herzverloren »).

La soirée paloise a réussi à créer, autour de l'héritage poétique et intellectuel d'Erich Fried, une belle synergie qui, nous l'espérons, saura inspirer de nouvelles initiatives, pour le plus grand bonheur du public français.

M.C.

Détails de la soirée

02/09/2013

Soirée littéraire et musicale, hommage à Erich Fried

« Sprechen vom Glück der Hoffnung auf Glück »
« Parler du bonheur
dans l'espoir de bonheur »


Une soirée littéraire et musicale autour du poète Erich Fried

barbara thalheim,chantal tanet,volker kaukoreit,erich fried,poésie,österreich,literatur,littérature,deutschsprachig,roland steiner,dokumentarfilm,documentaire,es ist was es ist,ce que c´est

avec Chantal Tanet (femme de lettres)
Barbara Thalheim (chanteuse)
Dr. Volker Kaukoreit (Fondation E. Fried, Vienne)

27 septembre 2013 - 19h30 - Médiathèque Pau
28 septembre 2013 - 19h30 - Château d'Orion

Projection du film "Que le monde reste monde - Erich Fried, un portrait" (VOS), documentaire et scénario : Roland Steiner (RDA, 1988, coul., 31 min., DEFA). Sous titrage Institut Heinrich Mann,  traduit en français par Danielle Laurin.
Présentation de la personnalité d'Erich Fried par Dr. Volker Kaukoreit, Fondation Internationale Erich Fried, Vienne
Lecture de poèmes de Fried, traduits en français par Chantal Tanet et Michael Hohmann
Concert de Barbara Thalheim avec des adaptations musicales de poèmes de Fried

Erich Fried (1921-1988), personnage significatif et poète majeur de la littérature germanophone et européenne que nous lègue la seconde moitié du XXe siècle, a été injustement ignoré ou négligé en France. L'œuvre poétique d'Erich Fried, à laquelle il doit sa notoriété dans les pays germanophones, est honorée en France avec un seul recueil, "Cent poèmes sans frontière" paru en 1978 qui n'est plus disponible dans les librairies. L'édition française hésite devant la traduction de sa poésie.

Et pourtant, Fried est un auteur dont la poésie parle très bien auprès d’un public français, et il touche un public large qui ne pratique habituellement pas du tout la poésie, justement grâce à sa simplicité apparente. L'œuvre de Erich Fried n'est pas morte et mérite d'être revalorisée ainsi que connue en France. Site internet dédié à Erich Fried

barbara thalheim,chantal tanet,volker kaukoreit,erich fried,poésie,österreich,literatur,littérature,deutschsprachig,roland steiner,dokumentarfilm,documentaireLa femme de lettres et lexicographe française Chantal Tanet a bénéficié d’une résidence d’écriture avec l'ECLA à Wiesbaden pour travailler à la mise en forme et la traduction de poèmes d’Erich Fried, en collaboration édroite avec Michael Hohmann. En vue d'une édition future, des extraits de ce travail ont été publiés jusqu'à présent dans différentes revues. Un vrai espoir pour la reconnaissance de Fried en France ! Ce soir, elle nous présentera des extraits de ce travail commun. 1 - 2 - 3

barbara thalheim,chantal tanet,volker kaukoreit,erich fried,poésie,österreich,literatur,littérature,deutschsprachig,roland steiner,dokumentarfilm,documentaireLa chanteuse allemande Barbara Thalheim a conçu à l’occasion du 90e anniversaire de la  naissance d'Erich Fried en 2011 un programme musical et poétique à sa mémoire, avec lequel elle se produit actuellement en Allemagne et en France. « La confrontation avec Erich Fried était un défi pour moi. Ce poète représentait tout. Il avait de l'affection, il a souffert et haï, il était sarcastique, sensible, maladroit … génial. Dans mes adaptations musicales, mes chansons ont fait corps avec ces textes". » (B. Thalheim) Site - Hommage an Erich Fried

barbara thalheim,chantal tanet,volker kaukoreit,erich fried,poésie,österreich,literatur,littérature,deutschsprachig,roland steiner,dokumentarfilm,documentaireDr. Volker Kaukoreit est directeur adjoint des Archives littéraires de la Bibliothèque Nationale autrichienne, membre fondateur de la Fondation Internationale Erich Fried (Vienne) et l'auteur d'une somme biographique sur Fried qui fait référence. Erich-Fried-Gesellschaft (Wien) - Publications sur Fried

Plus d'infos et réservation :

27 septembre, 19h30, Médiathèque André Labarrère Pau
institut.heinrich.mann@sfr.fr / 06 67 25 35 24

28 septembre, , 19h30, Château d'Orion
Rencontre d'Orion / rencontre.orion@gmail.com / 05 59 65 07 74

Télecharger la description complète
Télécharger le flyer

31/03/2013

Le Cou de la girafe ... entretien avec la Berlinoise Judith Schalansky

judith_schalasky.jpgJudith Schalansky a 32 ans et vit à Berlin, une ville qui lui donne parfois l’impression de ne pas exister. Née en Poméranie (ex-RDA), elle a étudié le design et l’histoire de l’art, avant d’enseigner la typographie. Elle vit désormais des livres qu’elle écrit et de ceux qu’elle maquette. Elle aime les dessins, les cartes, la géographie et la biologie. Ils nourrissent son univers d’écrivain. En 2010, elle a publié chez Arthaud un Atlas des îles abandonnées. Elle décrivait, précisément et brièvement, l’histoire et la forme des îles qui la font rêver et où personne ne vit. Son pays d’enfance, qui n’existe plus tout à fait et d’où pas mal de gens sont partis, est le cadre de son premier roman publié en France, l’Inconstance de l’espèce.

hals_girafe.jpg"Der Hals der Giraffe" (le cou de la girafe) : Inge Lohmark, un professeur de biologie amer et passionné, en fin de carrière, se préserve de ses élèves, de ses désillusions, des effets de la solitude et plus généralement du monde, en observant la vie sous toutes ses formes. On est après la réunification de l’Allemagne. Son mari élève des autruches. Sa fille vit aux Etats-Unis. Science et conscience riment plus que jamais, quoique douloureusement. Tout ce que comprend Inge de la survie et de l’évolution s’applique sans doute à elle-même et à son pays perdu, la RDA, mais Judith Schalansky est trop bonne romancière pour l’écrire aussi généralement. Si son livre devait être adapté au cinéma, elle aimerait que ce soit par Christian Petzold, le réalisateur de Barbara, qu’elle admire. C’est en effet à ce film que l’Inconstance de l’espèce fait parfois songer.

Lire l'article complet

Pour aller plus loin :

La fin du roman de la Wende – la RDA comme espace d’histoires