Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2012

Interview avec Ricarda Junge ....

Ricarda Junge, née en 1979, etait en octobre/ novembre 2011 la première écrivaine en résidence d'auteur au château d'Orion, partenariat signé en août 2011 entre le château Hallenburg (Hesse) et l'Institut Heinrich Mann.

Voici Ricarda Junge sur son roman "Eine komische Frau" et ses impressions de cette résidence d'écriture :

Interview réalisé par L'Institut Heinrich Mann en août 2012.

17/05/2012

Rétrospective de la Fête de l'Europe 2012 à Pau ...

L'Institut Heinrich Mann a participé, comme chaque année, à la Fête de l'Europe 2012 à Pau, sur la Place du Château. Nos invités étaient Eric Braccini (piano), Florence Braccini (accordéon et chant) ainsi que Annie Mc Clenahan (chant).

Voici un petit montage de l'ensemble du concert :

 

Si un morceau a éveillé votre curiosité, regardez plus près ...

Lili Marleen, interprété par Annie McClenahan

La chanson Göttingen (de Barbara), interprétée par Florence Braccini

Berlin Berlin avec Eric Braccini (piano) et Florence Braccini (accordéon)

 

Toujours pas assez ? Continuez ce petit voyage sur le blog L.U.T.H.S. - ça vaut le coup !!!

13/05/2012

Hannah Arendt et la France, conférence philosophique

hannah arendtConférence philosophique avec Philippe Ducat

Mercredi 16 mai 2012 à 19h30

dans le salon du XIXème au
Château d‘Orion

 


Première (et seule) femme inscrite au programme de philosophie en Terminale, Arendt a célébré la France, « nation par excellence », et Paris, « seconde patrie pour tous les sans-patrie ». Son exil parisien (1934-1940) lui a permis de contribuer au déniaisement philosophique de Sartre et Aron, notamment.

Après son internement au camp de Gurs (Pyrénées-Atlantiques) et l’exil définitif aux Etats-Unis, Arendt a accordé une place très importante à la France, dans la généalogie du totalitarisme qui constitue l’aspect le plus connu de son oeuvre : l’inventivité de la France positiviste et républicaine en matière de théories raciales, d’impérialisme et d’antisémitisme (affaire Dreyfus) en fait un laboratoire très important des utopies sanglantes du XXe siècle.
Mais il fallait remonter plus loin en arrière : c’est ce que fait l’Essai sur la révolution de 1962, en opposant l’échec de la Révolution française (le terrorisme de la pitié) au succès de la Révolution américaine (la fondation de la liberté).

François Furet retiendra la leçon. Dira-t-on un mot du retard français à la « réception » de l’oeuvre d’Arendt ? Il faudra alors revenir sur l’hostilité à laquelle s’est longtemps heurtée la notion même de totalitarisme dans la patrie du jacobinisme, et sur les malentendus intéressés (« Hannah Arendt est-elle nazie ? », titrait Le Nouvel Observateur en 1966) suscités par le compte rendu arendtien du procès Eichmann. Il n’empêche qu’aujourd’hui, Arendt est reconnue, même en France, comme le principal penseur politique du XXe siècle.

 

La conférence sera suivie d’un verre de l’amitié.
Participation aux frais: 10€ / 8€ pour les adhérents

Merci de confirmer votre présence car les places sont limitées:
05 59 65 07 74 ou en ligne sous reservation.rencontre-orion.org


Château d´Orion, 64390 Orion - www.chateau-orion.com
Pau-A64-sortie Orthez-direct. Sauveterre-Hôpital d´Orion-
-direct. Orion - gauche-direct. entrée Château