IHM Pau

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2012

Sous une avalanche de gâteaux ...

vanillekipferl.pngJe vous écris de Berlin ... par Pascale Hugues

La fabrication des petits gâteaux de Noël en famille, entre amis, au bureau, à l’école, est un rite qui en dit long sur l’âme allemande. Durant le mois de décembre, toutes les forces vives de ce pays que l’on dit épuisé, léthargique, déprimé, miné par la crise, se déchaînent dans l’intimité chaude des cuisines. Comme si toute cette énergie créatrice, refoulée pendant onze mois de l’année, se libérait soudain avec frénésie, avec fureur, presque, entre le rouleau à pâtisserie et le four. Dès la fin de l’été, chaque magazine féminin publie son numéro spécial Weihnachtsplätzchen et les grands cuisiniers dévoilent leur recette secrète. Car aucun citoyen de ce pays ne se limite aux banals petits gâteaux de pâte sablée. Chacun crée sa propre collection. Et voilà une nation d’orfèvres, de dentellières, de maçons. Tout un peuple pétrit, roule, cisèle, façonne, colle des copeaux de réglisse, saupoudre, tel un peintre pointilliste, des paillettes multicolores sur la coquille d’un escargot en pâte d’amande ; assemble de minuscules carrés de chocolat et de vanille pour construire un domino. Naissent des tourelles de caramel, des cabanes de pain d’épice, des pyramides de croquant, des architectures savantes de truffes au chocolat et de pâte de fruits, des constructions fantasques.

Lire la suite sur la Libération

28/11/2012

Jan Costin Wagner sur FRANCE INTER

Ecoutez une critique du livre "Lumière dans une maison obscure" de Jan Costin Wagner, invité de l'Institut Heinrich Mann à la Fête du Livre de Pau le 25 novembre 2012.

Diffusée sur France Inter le 28 novembre 2012 dans l'émission "Les Chroculs" (aller à 28 min. 30 sec.)


 

et aussi : Jan Costin Wagner, le vrai maître de nos nuits blanches, dans l'Express

24/11/2012

Sensationeller Fund ! 84 Post- und Briefkarten sind bei den Erben von Heinrich Mann entdeckt worden

Ein sensationeller Fund: Ein Konvolut von Postkarten stellt das Verhältnis von Heinrich und Thomas Mann in ein neues Licht. Jetzt werden die Schriftstücke in Lübeck gezeigt
Von Tilman Krause

Wer dachte, Thomas Mann sei ausgeforscht, wird sich wundern. Selbst in einem bestens dokumentierten Schriftstellerleben können neue Quellen auftauchen. Und das Bild von den teuren Toten ändern. 84 Post- und Briefkarten sind bei den Erben von Heinrich Mann entdeckt worden – sämtlich Schreiben von dessen jüngerem Bruder Thomas. Über einen Zeitraum von fast 30 Jahren erstreckt sich der Bestand, der ab heute im Lübecker Buddenbrookhaus zu sehen ist. Die Stücke stammen aus den Jahren 1900 bis 1928, mit der bekannten Lücke zwischen 1914 bis 1922, als zwischen den Dichtern Funkstille herrschte.

Alles lesen in "Die Welt"

Noch mehr zum Thema beim NDR

heinrich mann,thomas mann,postkarten,briefe,korrespondenz,deutscher schriftsteller,lübeck,buddenbrookhaus,briefe gefunden Heinrich Mann (links) und Thomas Mann (rechts, Aufnahme um 1905). die Brüder standen sich möglicherweise näher, als bisher vermutet. (NDR)