Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2012

Jan Costin Wagner sur FRANCE INTER

Ecoutez une critique du livre "Lumière dans une maison obscure" de Jan Costin Wagner, invité de l'Institut Heinrich Mann à la Fête du Livre de Pau le 25 novembre 2012.

Diffusée sur France Inter le 28 novembre 2012 dans l'émission "Les Chroculs" (aller à 28 min. 30 sec.)


 

et aussi : Jan Costin Wagner, le vrai maître de nos nuits blanches, dans l'Express

24/11/2012

Sensationeller Fund ! 84 Post- und Briefkarten sind bei den Erben von Heinrich Mann entdeckt worden

Ein sensationeller Fund: Ein Konvolut von Postkarten stellt das Verhältnis von Heinrich und Thomas Mann in ein neues Licht. Jetzt werden die Schriftstücke in Lübeck gezeigt
Von Tilman Krause

Wer dachte, Thomas Mann sei ausgeforscht, wird sich wundern. Selbst in einem bestens dokumentierten Schriftstellerleben können neue Quellen auftauchen. Und das Bild von den teuren Toten ändern. 84 Post- und Briefkarten sind bei den Erben von Heinrich Mann entdeckt worden – sämtlich Schreiben von dessen jüngerem Bruder Thomas. Über einen Zeitraum von fast 30 Jahren erstreckt sich der Bestand, der ab heute im Lübecker Buddenbrookhaus zu sehen ist. Die Stücke stammen aus den Jahren 1900 bis 1928, mit der bekannten Lücke zwischen 1914 bis 1922, als zwischen den Dichtern Funkstille herrschte.

Alles lesen in "Die Welt"

Noch mehr zum Thema beim NDR

heinrich mann,thomas mann,postkarten,briefe,korrespondenz,deutscher schriftsteller,lübeck,buddenbrookhaus,briefe gefunden Heinrich Mann (links) und Thomas Mann (rechts, Aufnahme um 1905). die Brüder standen sich möglicherweise näher, als bisher vermutet. (NDR)

 

19/11/2012

De l’Allemagne nazie et de l’intransigeance

Texte de Pierre Assouline sur
Ian Kershaw et Hans Magnus Enzensberger

dresde_1945-229x300.jpgPourquoi la seconde guerre mondiale a-t-elle duré si longtemps et comment expliquer la résistance de l’Allemagne national-socialiste dans les décombres de 1944-1945 alors que la chute du régime était inéluctable ? A cette double question qui n’en fait qu’une, un grand nombre d’historiens ont déjà répondu. Il faut croire que leur démonstration était insatisfaisante puisque cette question ne cesse d’être posée, comme si l’énigme de l’interminable chute d’Hitler demeurait inentamée. Car il ne suffit pas de dire qu’Hitler était d’une intransigeance absolue dans son refus de toute reddition, tant il demeurait hanté par la honte de la capitulation de 1918 : encore faut-il savoir pourquoi il a été suivi jusqu’au bout dans sa volonté d’ « emporter un monde avec nous » alors que le pays n’était plus qu’un immense charnier dans un paysage de  ésolation. On sait pourquoi l’Allemagne s’est effondrée mais on comprend difficilement pourquoi le régime a continué à fonctionner jusqu’à la toute fin alors que son sort était scellé depuis des mois.

Lire la suite sur le blog de Pierre Assouline

16:31 Publié dans P - Presse | Commentaires (0) | Lien permanent